Gefängnis



 

Partagez | 
 

 La petite maison dans la prairie [Dae, Bakhome et Athènes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité





28082014
MessageLa petite maison dans la prairie [Dae, Bakhome et Athènes]

La petite maison dans la prairie (remake Gefängnisien)
Dae, Athènes puis Bakhome, dans la chambre de Bakhome au Pavillon du Lierre Grimpant.


Il se faisait tard, c'est pourquoi Athènes et Dae étaient rentrées le plus discrètement possible dans le pavillon, soucieuses de ne pas déranger les colocataires. Avant d'amener Dae jusque dans la chambre de Bakhome, Athènes s'arrêta brièvement devant la sienne, entrouvrit la porte pour la laisser jeter un coup d'œil :
« C’est ma chambre, mais il n’y a vraiment pas beaucoup de place, tu vois. Je pense que tu seras mieux dans celle de Bakhome, c’est juste à côté… ».
Elle s’arrêta devant ladite pièce, un peu hésitante.
« Il n’est pas souvent là, et puis il est gentil, je pense que ça ne le dérangera pas… »
mais en fait je n’en ai aucune idée, compléta-t-elle intérieurement, franchement inquiète à cette idée.
Elle réalisa en posant la main sur la poignée qu’elle n’avait jamais mis les pieds dans la chambre du garde. Et que ce qu’elle était en train de faire relevait probablement de la violation de vie privée. Mais elle se força à mettre de côté ses scrupules. C’était un cas de force majeur, d’abord. Cela dit, elle avait beau apprécier beaucoup Bakhome, elle espérait sincèrement qu’il ne rentrerait pas avant quelques jours, le temps qu’elle ait pu fignoler son explication.
Athènes ouvrit la porte d’un geste faussement assuré. Dans ce genre de situation, il était courant de dire « Fais comme chez toi », mais pour le coup, ça aurait été méchamment déplacé, alors elle préféra se taire purement et simplement.


Dernière édition par Athènes le Ven 29 Aoû - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» La Petite Maison dans la prairie
» Réclusion à perpétuité pour le bourreau du petit Marc
» Petite maison dans la prairie: Décès de Merlin Olsen
» Madame Canaille
» La petite fille dans l'ascenseur : une vidéo effrayante bat des records
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

La petite maison dans la prairie [Dae, Bakhome et Athènes] :: Commentaires

Pan, cette maison est merveilleuse !
Tout comme Athènes.

« C’est ma chambre, mais il n’y a vraiment pas beaucoup de place, tu vois. Je pense que tu seras mieux dans celle de Bakhome, c’est juste à côté…  Il n’est pas souvent là, et puis il est gentil, je pense que ça ne le dérangera pas… »

Bakhome ? J’espère que ce monsieur ne m’en voudra pas de prendre sa chambre. Oh et j’espère qu’elle est jolie. En fait, peut m’importe, c’est mieux que de dormir dehors.
Athènes posa la main sur la poignée de la porte, hésitant à l’enfoncer. Qu’est-ce que je vais trouver derrière cette porte ? Qu’est-ce que je vais découvrir ? Mon cœur se rempli d’excitation et de honte, j’espère que monsieur Bakhome ne m’en voudra pas de rentrer comme ça chez lui. Oh, et si ça se trouve il est dans sa chambre ! Non, Athènes a dit qu’il n’est pas souvent là. Ah, tu vois comme je suis inquiète Pan.

Et quand la porte s’est ouverte, j’ai découvert une petite chambre très mignonne, cependant un vrai cimetière d’uniformes ! Il y en avait beaucoup par terre, partout, et ils me rappelaient ceux que portait un monsieur que j’avais vu à côté du prince.

« Merci Athènes ! On est super contents d’habiter ici, et s’il faut donner quelques gelds, j’en ai assez avec ce que j’ai vendu. »

J’ai avancé dans la pièce, ramassant un uniforme trainant devant mes pieds nus pour mieux l’observer.
J’adorerai avoir des vêtements aussi jolis, même si ce sont des vêtements de garçon.
Bakhome s'étira tout le dos, il avait passé la journée à courir derrière le Prince qui l'avait presque jeté dehors. Il n'était pas rentré au Pavillon depuis près d'une semaine et le calme, loin du château et de son propriétaire, le remettait tout de suite sur pieds. Une heure passée là-bas, c'était comme un mois sans Schön.
Il poussa enfin la porte de la maison, le sourire aux lèvres.

« Heeeeyyyaaah, je suis là ! »

Sa voix avait beau être fatiguée, il y avait une pointe d'excitation à l'idée de retrouver Athènes.
Mais elle n'était pas dans la salle commune. Il crut d'abord qu'elle n'était pas là, ce qui n'était pas rare, mais la porte était ouverte et...
Il entendit du bruit venir du couloir, quand il vit Athènes à la porte de sa chambre ouverte il accourut, rouge jusqu'aux oreilles.

« Hey hey hey, qu'est-ce que tu fai- »

Le garde se tut en voyant une petite fille avec l'une de ses vestes dans ses mains. Il rougit encore plus en remarquant à quel point sa chambre était bien plus bordélique que dans ses souvenirs. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait.
Exténué, il posa son front contre l'encadrure qui n'était pas bien haute.

« Qu'est-ce qu'il se passe ? »
Invité
Athènes ne put s'empêcher de jeter un coup d’œil curieux dans la chambre de Bakhome, et, après un instant de consternation devant le désordre, décida que c'était plutôt attendrissant.

« Merci Athènes ! On est super contents d’habiter ici, et s’il faut donner quelques gelds, j’en ai assez avec ce que j’ai vendu. »

Athènes eut un petit sourire : l'enthousiasme de Dae était contagieux, pour un peu elle ne s'en voudrait même plus d'avoir réquisition...

« Heeeeyyyaaah, je suis là ! »

OH. NON. Dans n'importe quel autre contexte, elle aurait été ravie, peut-être même aurait-elle ri un peu en entendant la joyeuse exclamation. Mais là, ce fût la panique totale. Pendant un très court moment, elle envisagea même d'attraper Dae pour la cacher dans une armoire et faire semblant de rien.

« Hey hey hey, qu'est-ce que tu fai- »

Athènes osa à peine se retourner vers Bakhome. « Euh ce... c'est à dire que... ».
Elle n'arrivait pas à croire qu'elle bégayait. Elle, Athènes, la terrible guerrière, bégayait. Et Bakhome et elle auraient pu concourir pour la meilleure imitation d'une pivoine, au vu de leurs teints dont la rougeur s'accentuait à vue d’œil.

« Qu'est-ce qu'il se passe ? »

Athènes décida de se reprendre. Elle était ridicule : elle avait pris une décision, elle se devait désormais de l'assumer. Elle se redressa, prit discrétement une grande inspiration, se força à parler en regardant Bakhome.

« J'ai rencontré Dae c'est une Perdue et elle est adorable et elle m'a dit qu'elle dormait dehors depuis longtemps alors comme tu n'es pas là très souvent je me suis dit qu'elle pouvait peut-être dormir dans ta chambre parce que la mienne est vraiment petite. ». débita-t-elle d'un trait sans avoir vraiment eu le temps de réfléchir à ce qu'elle disait. Elle avait commencé d'une voix normale en fixant le garde dans les yeux, pour finir dans un pauvre filet de voix à fixer ses bottes. Elle resta deux secondes à entortiller nerveusement un mèche autour de son index, avant d'ajouter d'un air penaud. « Elle m'a même offert une allumette, tu sais... ». Lamentable. Athènes se serait baffée.
« Heeeeyyyaaah, je suis là ! »

Une exclamation joyeuse, très joyeuse, d’une voix que je ne connaissais pas. Je me suis retournée, il était là.

Le monsieur qu’on avait vu à côté du prince.

Oh làlà Pan, qu’est-ce que je dois faire ? Dois-je m’agenouiller, faire une révérence ? Non, non, lui il n’est pas le prince, il travaille pour le prince – je crois, alors, non je vais rester normale.

Ou du moins paraître normale.

Athène bégayait, Athènes cherchait à se justifier tandis que lui, il prenait appuis sur l’encadrement de la porte, et moi, je tenais sûrement son uniforme en main que je ne cherchais même pas à cacher. Je regardais, sûrement avec de grands yeux, et je me suis dit que je n’allais rien dire. Non Pan, on va se faire discrets.
Mais la honte m’envahie, oh ce monsieur-là, c’est sûrement sa chambre, et en plus il travaille au château, alors si je ne suis pas agréable avec lui il pourra peut-être dire du mal de moi au roi, à la reine et au prince et on pourra peut-être finir en prison ! EN PRISON PAN ! Tu te rends compte.

Mais peut-être que je me fais des films. Alors juste pour paraître un peu gentille, j’ai dit d’une voix à peine perceptible:

« Je suis désolée. »

Ah, je n’aime pas trop dire cette phrase à voix haute, mais dans certaines situations c’est inévitable.
Contenu sponsorisé
 

La petite maison dans la prairie [Dae, Bakhome et Athènes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Personnage :: Administration :: Conversations-