Gefängnis



 

 
 Promenons-nous dans les égouts [Adam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Promenons-nous dans les égouts [Adam]   Lun 1 Sep - 16:46

Promenons-nous dans les égouts
Les sous-sols de Close. Sombres, pestilentiels, et qui plus est, alambiqués comme pas possible. À moins de très bien connaître les lieux, il était probablement impossible de se repérer dans ce dédale infernal. Sans l'aide des odeurs, naturellement. C'était certainement l'endroit idéal pour jouer à cache-cache.

Heureusement pour elle, Licht faisait partie de la première catégorie, celle qui regroupait les habitués du lieu (pas qu'elle passe sa vie à rechercher des partenaires de jeu dans les égouts, mais bon, vous avez compris). Il faisait noir, encore plus après le passage de la petite Créature – qui, à cause du peu de lumière à absorber, scintillait à peine dans le noir. Au moins, si Licht jouait bel et bien à cache-cache ici, elle ne se ferait pas repérer au bout de deux minutes par son partenaire.

Légère comme une plume, elle sautillait gaiement le long d'un trottoir construit au sein des égouts – un « ploc » retentissait à chaque fois qu'elle marchait sur une flaque. Comme à son habitude, elle chantonnait une comptine visant à dénigrer Jäger, Gesetz, ou encore les ridicules ambitions des Rafleurs. D'ailleurs, elle ne s'était jamais posé la question, mais peut-être la voix qu'on entendait du fin fond des égouts, et qui effrayait tout les passants... était la sienne ? À bien y réfléchir, son rire était véritablement sardonique.

« Hi hi hi ! »

… Elle n'avait pas pu s'en empêcher – cette petite plaisanterie la fit rire de plus belle. Sa voix se mit à résonner sur les parois des égouts, provoquant un écho on ne peut plus effrayant. Une si petite chose, produire un tel son, c'était inimaginable. Et pourtant.

À force de marcher, Licht commença à s'ennuyer. Il n'y avait personne, ici. Personne avec qui jouer ; c'en était déplorable. La petite Créature poussa un soupir de lassitude. Même s'il y avait quelqu'un, elle ne le verrait sans doute pas, à cause de la pénombre du lieu.

… Elle, en revanche. Bien qu'elle ne brillât pas beaucoup aujourd'hui, son corps était tout de même un peu lumineux. Un peu. En éclatant de nouveau de rire, elle se dit qu'elle ferait tout, aujourd'hui, tout pour qu'on la remarque. Ce serait son jeu du jour. Elle se remit à chantonner de sa petite voix aiguë :

« Je suis lààà, derrière toiii ♫ Je te voiiis, mais toi paaas ♪ »
Revenir en haut Aller en bas




Rêveur
avatar
Rêveur


Feuille de personnage
ÂGE: 7 ans
OCCUPATION : Homme à tout faire des Rêveurs
ADHÉSION : Rêveurs


INSCRIPTION : 14/07/2014
MESSAGES : 87
HAUT-FAITS : 1

MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les égouts [Adam]   Mar 2 Sep - 15:52

"Dis Lukas? Quand est-ce que tu t'amuses?"


"Je m'amuse tout le temps ici, avec mes travaux, les explorations, toutes ces choses. Bien sûr, pas tous les jours sont propices à la joie, mais il faut rester positif."

"Mais je ne te vois jamais jouer avec les autres? Pourquoi tu ne joues pas?"


"Tu sais Adam, un homme cherche la satisfaction dans l'entreprise, et pas dans les distractions. Confucius disait "Choisis un travail que tu aimes et tu n'auras pas à travailler un seul jour de ta vie", ça veut dire qu'on peut trouver une satisfaction plus grande dans une chose utile plutôt que dans des futilités. Mais bon, tu es encore un enfant, tu as le droit de t'amuser comme tu peux."

"Et tu t'amuses quand tu m'apprends des choses?"

"Oui, je m'amuse beaucoup"


Pour un enfant, c'est naturel de vouloir jouer. Ne pas se prendre la tête avec le quotidien, se laisser aller à toute sorte de fantaisies, développer son imagination...
Mais pour Adam c'était différent. Comment envisager de s'amuser, alors que des gens souffrent dehors, que les Rêveurs ont constamment besoin d'aide dans leurs travaux, qu'on est constamment pourchassé à travers la prison... Adam ne pouvait pas se permettre de jouer, pas quand il constituait une force de travail disponible auprès des rêveurs. Malgré tout, il avait quand même ses envies, et aussi déraisonnable que ça puisse paraître, Adam sentait le besoin d'aller jouer. Mais pas avec les autres enfants, ni même à ciel ouvert, non. Il venait jouer seul, dans les égouts de la ville, à la simple lueur d'une chandelle. Cette chandelle artisanale ne brûlait qu'un vingtaine de minutes, temps qu'il s'accordait pour vider son esprit et jouer à sa guise chaque jour. Et ici, personne ne viendrait le déranger.


« Prends-ça Adler ! Les traîtres doivent payer ! »


Et comme tout enfant, son imagination prenait le dessus et le propulsait ailleurs. Parfois il recréait les exploits d'Amsel, ou bien il partait à la découverte du monde extérieur, tout était possible pour un esprit  d'enfant.


« Tu n'abandonnes pas ? Vermine ! »


« Hi hi hi ! »

Il entendit un rire familier, celui qu'on entend parfois dans les égouts et qui provoque toujours des frissons. Auparavant, il aurait arrêté de jouer immédiatement et serait remonté à la surface, mais il s'était accoutumé à ce petit rire terrifiant. Cependant, cela le perturbait toujours un petit peu, car à chaque fois que ce rire retentissait, la lumière de la chandelle semblait diminuer.

« Tu crois t'enfuir traître ! Où te caches-tu ? » continuait-il à voix basse.

« Je suis lààà, derrière toiii ♫ Je te voiiis, mais toi paaas ♪ »


Adam eu un sursaut d'effroi qui manqua de la propulser droit dans le canal. Pour la première fois, la mystérieuse voix venait de lui répondre. Que faire ? Remonter ? Était-il au moins sûr que ça lui était adressé ? Dans ce secteur, il n'y avait généralement personne. La lumière de la chandelle disparu soudainement. Pourtant ce n'était pas le feu qui s'était éteint, car Adam sentait encore la chaleur d feu près de ses jambes, et l'odeur de la cire qui se consume mêlée à l'odeur pestilentielle des égoûts.

« Qui est là ? »

Ploc

Ploc Ploc

C'était des pas, des petits pas qui résonnaient dans les grands couloirs. Une lueur apparût soudain au bout du long tunnel.

« Hi hi hi ! »

Encore une fois le rire retentit, mais cette fois ce rire semblait différent. Loin du rire déchirant et terrifiant que l'on entendait fréquemment dans les égouts, celui-ci était aigu, clair et rempli de malice, comme le rire d'une petite fille.


« Écoutez, je n'ai rien à faire avec vous ok ? Je suis juste venu pour jouer, alors n'approchez plus d'accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Promenons-nous dans les égouts [Adam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Promenons nous dans les bois, pendant que la fée n’y est pas (Septembre 004)
» Promenons-nous dans les bois
» (red) promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas.
» ON PARLE DE NOUS DANS AUTO-PLUS DU 24 MARS 2009
» BLAGUE A TABAC

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-