Gefängnis



 

 
 Smile, candle of shadow (en cour)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 







INSCRIPTION : 23/11/2014
MESSAGES : 2
HAUT-FAITS : 1
SEXE : Masculin

MessageSujet: Smile, candle of shadow (en cour)   Dim 23 Nov - 19:32



Infos Générales

Nom ─ Smile, simplement Smile.
Âge ─ 21 ans
Anniversaire ─J'ai décrété que ce serais le premier avril !
Quartier d'origine ─ Le quartier noir de Close
Métier ─ artiste de rue, marionnettiste.
Adhésion ─ Seul mes intérêts comptent.

Musique de fond


Réputation


De manière générale ont sais peu de chose sur moi, pour la foule je ne suis qu'un clown, un humble pourvoyeur de joie. Artiste de rue dansant parmi les décombres, je vend aussi des masques, des marionnettes, à files où à ombre. Qui se préoccuperait d'un pauvre malappris, dont le nom lui même est l'apanage des  simples d'esprit ? Mais que ces messieurs dames se rassurent, je le blâme point, car tous ignorent que sous le masque de cire se cache le visage du Malin...  

Joueur

Pseudo ─ Smile
Âge ─ 21 ans
Avatar ─ J'ignore d'où il viens ^^
Questionnaire

De quelle caractéristique physique as-tu écopé en tant que chimère ? ─ Ah, quelle excellente question ! Il est vrais qu'à première vu j'ai l'air d'être parfaitement normal. Enfin, tout est relatif... Mais je m'égare ! Où en était-je?... A oui, ma caractéristique physique ! Et bien observez bien mon visage voulez vous, à moins que vous ne préfériez regarder mes mains, ou bien mes pieds, en fait ça n'à pas vraiment d'importance puisque cette petite fantaisie touche pour ainsi dire tout mon corps, ou presque.

En effet, ma peau est intégralement faite de cire, oui oui, comme celle des bougie, vous comprenez sans doute mieux pourquoi je suis aussi pâle, et pourquoi ma peau ne comporte aucun des petits défauts tels que le grains de beauté, les cicatrices et autres tâches de naissances, ma "peau" est parfaitement lisse ! Enfin pour peu que rien ne lui arrive bien sûr. Certes c'est assez contraignant, un coup un peu trop fort et mon corps se couvre de craquelures, les environnements trop chauds m'incommode et n'espérez même pas me placer devant une cheminée où un feu de joie, je me mettrait aussitôt à fondre, et ce corps gracile et harmonieux que vous contemplez ne serais guerre plus qu'un amas informe de chair et d'os dégoulinant de cire fondue, ragoutant n'est-ce pas ?

As-tu déjà eu affaire aux Rafleurs ? ─ Si j'ai déjà eu affaire à eux ? Disons que je sais de quoi ils sont capable, cela-dit, j'aime beaucoup jouer avec eux...

Vis-tu plutôt caché ou ouvertement ? ─ Etant donné que ma particularité est plutôt discrète comparé à certains de mes congénères, je peux me permettre de vivre au grand jour sans trop de problème.

Réussis-tu à exercer un métier ? ─  Comme je l'ai dit plus haut j'exerce mon métier dans les rues de Close. Je diverti ses habitants par des pirouettes, des poèmes, des blagues, des numéros de statue humaine (je suis d'ailleurs très doué dans ce domaine...) je suis un touche à tout. Bien que j'ai une préférence pour les marionnettes c'est pourquoi quand je ne donne pas de représentation il m'arrive, bien que ce soit rare, d'en confectionner ou de vendre quelques une de mes créations.  

Que penses-tu de la monarchie des Maîtres, du bellicisme des Rafleurs, de la persécution des Chimères et des aspirations des Rêveurs ? -tout cela m'est bien égale, j'ignore si c'est mon coté individualiste qui parle mais tant que rien ne viens titiller ma petite vie le gouvernement, ou qui que ça puisse être d'ailleurs, peut bien faire ce qui lui plait ! Quand aux Rafleurs, et bien, ma condition de chimère est une réponse à elle seule non ? Après tout, avez-vous déjà demandé à un agneau s'il trouvait les loups sympathique ? Bon certes je ne suis pas un agneau, du moins il me semble, mais bon vous voyez l'idée ! 
Profil Psychologique

Ooooooh, alors nous y voila, le fameux "passage psychologique" ! Et bien Docteur, que dois-je faire, faut il  que je vous raconte mes rêves, à moins que vous ne vouliez connaître mes fantasmes secret ou savoir si j'ai subis des abus durant mon enfance ? Je vous rappel que je suis fait de cire, alors si j'avais subis quelque traumatisme du genre  c'est mon agresseur qui devrait  se tenir à ma place, c'est vrai quoi, vous vous imaginez coucher avec une bougie !?

Ah, vous voulez simplement connaitre mes goûts et ma manière de fonctionner, très bien, oubliez ce que je viens de dire sur les bougies et tout le reste voulez vous ?...

Très bien, par où commencer ? Sachez tout d'abord que je suis un équilibriste ! Enfin, je ne marche pas sur un fil suspendu au dessus du vide non, bien que j'ai toujours voulu essayer. Non disons que je doit faire constamment faire attention à mon environnement. Voyez vous étant fait de cire la température du lieu où je me trouve est bien plus dangereuse que n'importe quel Rafleurs ou monstre à la solde des dirigeants pour moi. Bien sur une trop forte chaleur me fait fondre mais ce n'est pas tout, le froid aussi à ses, "désagréments" si j'ose dire, car si la cire fond lorsqu'il fait trop chaud, elle se durcie lorsqu'il fait trop froid,et mes mouvements s'en trouvent donc ralentit plus mécaniques, plus maladroits, jusqu'à la paralysie totale où je devient prisonnier de mon propre corps, tel un papillon dans une chrysalide d'acier. Mais si c'était là le seul fardeau que ma condition m'oblige à porter ma vie serais bien plus heureuse qu'elle ne l'est.

Car voyez vous, avoir une peau de cire à ses avantages, on vieillie de manière beaucoup moins marquée qu'un être normal, lorsqu'on se coupe il suffis d'une petite flamme pour refermer la plaie, et si on supporte bien la douleur on peut sculpter son corps à sa guise. J'ai dit qu'il fallait bien supporter la douleur, mais ce n'est pas tout à fait vrais, car voyez vous, je ne ressent rien. Enfin, disons que parmi les cinq sens existants le touché est celui qui me fait le plus défaut. Je n'ai donc aucune sensation tactile, ou presque. Mes yeux voient parfaitement, mais mon corps lui est aveugle. J'ignore ce qu'est la douceur d'un baiser, la caresse d'une brise matinale, les chatouilles que provoques les brins d'herbes lorsqu'on  passe sa main dedans, tout cela m'est inconnu. Le froid, la chaleur, et la douleur sont les seules sensations que je connaisse, et encore, elles sont étouffées par cette cire infâme dont j'aimerais m'extraire pour, rien qu'une fois sentir la terre le ciel l'air, le monde dans toute son unité ! Mais hélas, je ne pourrais pas en jouir bien longtemps car un écorché vif ne fait pas long feu à Genfangnis, ni autre par d'ailleurs.  

J'ai dit être un équilibriste, c'est vrais, mais je suis aussi un prisonnier, un condamné à pertpet' dansant entre flamme et blizzard dans une cellule à figure humaine, dans un monde qui est lui même une prison c'est un comble n'est-ce pas ?.

C'est pour cette raison que je les hais tous. Eux qui se plaignent de leurs souffrances, de leurs petits bobos, du fait d'être tout mouillé par la pluie, mais savent-ils seulement ce que j'endure!? Et ce que je suis incapable d'endurer !? Non, bien sur, ils en sont bien incapable, et dans un sens je ne peux pas les en blâmer, après tout je suppose qu'ont ne peut comprendre ce que ressent l'autre qu'en étant à sa place, et puis même si je les hais j'avoue que dans le fond je les aimes bien, ils m'amuse, ils m'intrigue et même, parfois, ils arrivent à  m'émouvoir, bien que j'ignore la sensation que procure une larme qui coule sur une joue. C'est pour cette raison que je ne les tues pas, enfin pas les innocents, perdu, natif, chimères et les créatures n'en parlons pas, aucune de ces espèces ne fait parti de mon "régime alimentaire" si j'ose dire .

Mais il y à des êtres à Gefangnis que je me plait à traquer, à suivre dans la nuit jusqu'à ne faire plus qu'un avec leur ombre, à fasciner pour mieux les terrifier, et parfois à séduire pour mieux retarder l'instant de m'en défaire à grand coup de couteau. Nous avons tous un ou plusieurs péchés mignons, et j'avoue sans complexe que m'amuser avec les Rafleurs est sans doute la plus exquise des damnation. D'ailleurs, maintenant que j'y pense, c'est assez ironique. Lorsque ma lame s'enfonce avec délice dans la gorge de ces chiens, lorsque leur sang macule le sol et que retentit le dernier glapissement d'agonie, c'est comme si je sortait hors de mon corps pendant quelques secondes ! Je ne saurais pas expliquer, peut être est-ce un processus ordinaire commun à tout acte de ce genre, à moins que ce ne soit le sentiment de puissance qui se dégage du fait d'ôter la vie d'un autre en un éclair, je ne sais pas.

Qu'en pensez vous Docteur ?

Et bien, pourquoi tremblez vous, vous avez froid, c'est vrais que ma bouche commence à s'engourdir... Oh pourquoi je m'en prend aux Rafleurs ? Mais enfin regardez moi, la réponse ne vous saute pas aux yeux ? Je suis une chimère, une chimère qui à été témoin des rafles qu'organisent ces déchets  et du sort qui attend les malheureux qu'ils capturent et de ceux qui les cachent ou les défendent ! Vous ne me croyez pas, bon bon d'accord j'avoue ce n'est pas la seule raison. Bien sur il y à la dimension du jeu, je suis un clown ne l'oubliez pas, mais il faut dire aussi que ces chers petits Raffleurs ont un trésor inestimable que vous possédez aussi d'ailleurs. Comment vous ne voyez pas ? Je vais vous mettre sur la piste, c'est très souvent ce qu'on jette lorsqu'on mange un fruit... Vous commencez à comprendre, cette matière si rare, si précieuse et qui pourtant est en chaque être, ou plutôt sur chaque être, je veux bien sur parler de la peau ! Car voyez vous bien que la cire ne soit pas périssable elle s'abîme s'effrite et parfois des morceaux tombes laissant la chair à vif, il convient donc de "renouveler" cette enveloppe sans quoi je tomberais en morceau. Mais ce phénomène m'à permis de mener quelques expériences et ce que j'ai découvert est surprenant ! Savez vous qu'en se greffant habilement des échantillons de peau à divers endroits du corps on peut, après un temps d'adaptation retrouver ses facultés sensorielles ? Et oui, en grattant lentement la cire ça et là sur mon corps je m'échappe peu à peu de cette prison synthétique qui m'étouffe et je me reconstruit peu à peu pour enfin ressentir ce monde !

Bon, j'avoue que ce n'est pas peau à voir, tout ce sang, ces lambeaux de  peau ces copeaux de cire, passez le fil dans la chair remplacer les partie manquantes, j'avoue qu'il m'est arrivé de me faire peur en me voyant dans la glace, mais bon sang quel pied ! Et puis ce n'est pas tout, il reste le visage de mes proie... Oh vous avais-je dit qu'en plus des marionnettes je fabriquait aussi des masques ?... Mais ceux-la je les gardes pour moi, ils sont la plus belle forme de mon art, le plus beau des trophées vous n'imaginez pas à quel point une expression de peur, d'angoisse ou de fureur peut être belle une fois qu'elle est arrachée et figée dans la cire, pour l’éternité...
Ah mais il y à une ombre au tableau, avec le temps les "pièces" de ma nouvelles enveloppe se mettent à pourrir devenant moins sensibles, et finissent par partir en lambeaux, et je doit retourner à ma prison de cire, en attendant ma prochaine expédition en quette de matière première, et un jour, oui un jour, j'obtiendrais un corps parfait, un corps humain je serais un être normal aux cinq sens pleinement éveillés !

Et bah, que vous arrive il, ne partez pas, n'ayez pas peur ! Oh ces sujet vous incommode ? Pas de problème, j'adore aussi tout ce qui est sucré et acide, les balades dans la forêt de cuivre eeeeuuuh, j'ai un faible pour les filles aux cheveux longs... Mais docteur revenez, ne partez pas, Docteur !

Roh, dommage, pour une fois que je me confiait à quelqu'un. Enfin bon tampis c'est bientôt l'heur du spectacle, en piste !
Histoire

Hey ! Mais vous êtes encore là vous, oui vous qui observiez discrètement derrière le rideau pendant que j'étalait ma vie à ce bon Docteur. Le pauvre, jamais je n'ai vu quelqu'un d'aussi pâle, enfin à part moi bien sûr. Si vous êtes restez je suppose que c'est parce que mes "petits penchants" ne vous effraient pas ? Non, ce n'est pas ça, ils vous dérangent, vous dégoûtent sans doute, mais ça ne vous suffis pas, vous en voulez plus. Comment je le sais ? Il suffis de voir cet air avide dans vos yeux et ce petit rictus malsain qui déforme votre bouche, oui, en vous regardant j'ai l'impression d'être face à mon miroir. Enfin pas exactement, mais vous voyez l'idée.

Enfin bref, la représentation d'aujourd'hui attendra, après tout j'ai rarement un publique aussi, intéressant ? Je crois que c'est le mot. Bien, maintenant que vous en savez un peu plus sur les tréfonds de mon âme, autant vous raconter mon histoire peut être que vous comprendrez mieux. Oh et au fait avant de commencer ce que j'ai dit en dernier était vrais : J'adore les sucrerie et les jolies filles. Et oui, on peut être un monstre fait de cire prenant un plaisir fou a écharper des hommes et des femmes pour se greffer leurs peau, et aimer les choses simples. Mais j'ai compris je ne vous fait pas plus attendre, il est l'heure de tomber les masques et de vous exposer mon passé, je vous en prie installez vous, le siège du Docteur fera l'affaire.

Je suis née dans le quartier noir de notre capitale. Mes parents faisaient partis d'une petite troupe de théâtre assez connue en ville, elle s'appelait "La Troupe des souffleurs. Avec quelques amis du même quartier, ils avaient réussis à aménager un vieux hangar, où se tenait les différents spectacles  que la troupe donnait. C'était un lieu ouvert à tous, mais surtout aux chimères, car bien que mes parents étaient tout les deux "humains" ils se sont toujours senti très proche des êtres de mon espèce, j'imagine que mettre au monde un fils à l'allure de chandelle y était pour quelque chose. D'ailleurs, si j'en crois les dires de ma mère ils m'avaient appelé Smile car le jour de ma naissance j'était très faible, ma peau était si fine que l'on pouvais voir au travers, et malgré tout, je souriais... C'est pour ça que j'ai ce sourire gravé aux coins de mes lèvres aujourd'hui.

Mais revenons à notre histoire voulez vous ? Quoi qu'il en soit, ce lieu était un refuge pour tout les parias de Close, certains venait s'y cacher, d'autres prenaient de quoi manger et détallaient aussi tôt il y 'en avaient même qui finissaient par s'installer ici, on avait baptisé cet endroit : "L'Antre des souffleurs", ça sonne bien non ? J'ai donc grandi au milieu des mendiants, des êtres déformés, des artistes excentriques, des drogués et des voleurs, apprenant moi aussi les arts du cirques, construisant peu à peu, le personnage que je suis aujourd'hui.
Pourtant, bien que mon entourage était composés des pires déchets que l'on peut trouver à Gefangnis, chacun d'entre eux était doux, gentils, drôles, les uns protégeant  les autres, comme une vrais famille, une famille étrange faite de bric et de broc, mais c'était ma famille et j'y était heureux.

Avec le temps, un véritable écosystème avait vu le jour. Certains réfugiés, ceux qui pouvaient vivre au grand jour, avaient rejoins la troupe et amusaient les passants dans la rue, récoltant quelques Gelds au passage. D'autres vendaient des babioles qu'ils avaient fabriqué avec des choses trouvées dans la rue, quand aux autres, es malades, les infirmes et les chimères, ils restaient cachés dans le hangar et travaillait à l'abri du monde. Chacun mettait ses talents à profit pour faire vivre ce qui était devenu la grande famille des Souffleurs, une famille qui était pour toutes les chimères et tout les mendiants de Close une issue à la cruauté de la rue et qui croissait de jours en jours, notre nom parcouru bientôt les faubourgs de chacun des quartiers de la ville et bientôt les Souffleurs devinrent plus qu'une famille de parias, nous étions une idées, un mouvement, une organisation, nous étions les rats de close, infestant ses rue colonisant ses places, nous étions une nation utopique peuplée de jongleurs, de cracheurs de feu et de créatures fabuleuses. Les souffleurs étaient devenus un rêve, le rêve de mes parents, et le mien. Bien sûr tout n'était pas rose, un groupe faisant autant de bruit attire forcement l'attention, aussi il n'était pas rare que nos "chères amis" les Raffleurs assistent à nos représentations... Mais qu'importe, nous étions là, nous subsistions et croissions peu à peu avec l'espoir qu'un jour les forts deviendrons la proie des faibles.

Et puis un jour, tout s'arrêta. Aujourd'hui encore j'ignore comment, mais les Raffleurs finirent par découvrir notre refuge, ils débarquèrent une nuit, alors que tout le monde dormait, armés de lames et de torches, ils tuèrent la plus grande partie des Souffleurs, capturèrent quelques chimère et mirent le feu au théâtre. Par chance je parvint à m'enfuir avec quelques rescapés, mais ce ne fut pas le cas de mes parents. Parfois il m'arrive encore d'entendre leurs cris, de revoir leurs visages dévorés par les flammes tandis que je rampe parmi les décombres pour sauver ma peau, cette peau de cire fondant sous l'effet de la chaleur dévoilant peu à peu ma chaire et mes os comme un fruit qu'on pèle lentement. De toute évidence j'aurais put mourir cette nuit là, et avec le recule peut-être aurais-je dut... Mais je n'en avais pas le droit. Oui je, ne pouvais pas disparaître, pas avant qu'ils aient tous payer, tous sans exception ! Voilà pourquoi je reste en vie, vous verrez, un jour ce serrons eux les proies et nous les chasseurs, je rebâtirais le théâtres et les Souffleurs renaîtrons de leurs cendres et dans un ultime numéros j'écharperais le chef de ces abjectes Raffleurs et ferais de sa peau la plus belle des parures !

Mais avant cela, je doit vous quitter, le public s'impatiente, quand à vous, hum et bien vous en savez trop, beaucoup trop malheureusement mais par chance il se trouve que j'ai besoin d'un pantin pour mon numéro d'aujourd'hui... Alors très cher, voudriez vous être le clou de mon prochain spectacle ? ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Créature
avatar
Créature


Feuille de personnage
ÂGE: D'apparence, une vingtaine d'années.
OCCUPATION : Gardienne des Eaux
ADHÉSION : Allégeance au Roi


INSCRIPTION : 14/07/2014
MESSAGES : 252
HAUT-FAITS : 18
SEXE : Féminin

MessageSujet: Re: Smile, candle of shadow (en cour)   Mar 25 Nov - 11:54

Hihi! Bienvenue Smile!
Contente te voir enfin rejoindre les rangs d'un forum, depuis le temps hein! Et d'autant plus que ça soit ici :3 Si tu as des questions (c'est pas comme si tu m'en avais pas déjà posé xD)! Et bon courage pour ta fifiche 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur







INSCRIPTION : 23/11/2014
MESSAGES : 2
HAUT-FAITS : 1
SEXE : Masculin

MessageSujet: Re: Smile, candle of shadow (en cour)   Mar 13 Jan - 17:24

Juste un petit up pour signaler que le partie texte de ma fiche est terminée il ne manque plus que l avatar et la musique de fond merci au admins d avoir été patient ma fiche devrait être prête incessamment sous peu(^__^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Chimère
avatar
Chimère



INSCRIPTION : 21/08/2014
MESSAGES : 83
HAUT-FAITS : 1

MessageSujet: Re: Smile, candle of shadow (en cour)   Jeu 22 Jan - 16:57

Bonjour Smile ! Alors pour tout te dire j'ai des problèmes avec ta fiche, non pas sur la forme, mais le fond. Premièrement, je dois te préciser que si j'accepte le coup de la peau greffé, il ne faudra pas en abuser. Tu peux garder l'idée de base, mais voilà. (De plus, certes tu passes inaperçu quand tu es uniquement fait de cire, mais comment cela se passe quand à tel ou tel endroit la peau est différente ? C'est pas le genre de truc invisible.) Et l'autre truc bah, ce sont les souffleurs. Le groupe est vraiment trop important pour que les Rafleurs ne les aient pas exterminés bien avant. S'ils savent qu'un endroit recueille des chimères, ils n'attendront pas des années pour attaquer, ce sera quasi immédiat. Il va falloir que tu changes ce point.

Pour le reste, c'est bon. :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Chimère
avatar
Chimère


Feuille de personnage
ÂGE: seize ans
OCCUPATION : adoratrice d'amsel
ADHÉSION : neutre


INSCRIPTION : 30/12/2014
MESSAGES : 82
HAUT-FAITS : 4
SEXE : Féminin

MessageSujet: Re: Smile, candle of shadow (en cour)   Mar 7 Avr - 19:55

Bonjouuur Smile ♥ Je viens voir où tu en es, si tu as pu faire les petits changements nécessaires ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Smile, candle of shadow (en cour)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Smile, candle of shadow (en cour)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Shadow cabinet de François Bayrou
» Arrêt de la Cour du Parlement de Bordeaux 1749
» en cour d'addiction
» Angle de l'immeuble coté cour
» artist shadow make up for ever

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-