Gefängnis



 

 
 [LIBRE] You don't want catch me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar
Invité
Invité




MessageSujet: [LIBRE] You don't want catch me   Sam 13 Déc - 21:10


Portail des Rêveurs
                            let's go hide and seek



Enfin arrivée. Ce foutu portail était pas vraiment facile à trouver. Tu avais compris que ta visite du Quartier Nord n'allait pas être une promenade de santé mais de là à devoir affronter le blizzard jusqu'au Château et continuer à galérer à l'intérieur malgré tout, les lieux semblaient petit à petit perdre toute magie à tes yeux. Tu avais trouvé fabuleux cette quantité de neige immaculée, tu te serais volontiers jetée les yeux fermés dans la poudreuse si tu n'étais pas en train de geler sous ton manteau grisâtre. Le froid t'avais crispée de l'intérieur de sortes que plus rien ne te semblait merveilleux, seulement d'un désastre affligeant. Quel sadique avait pu créer un climat à ce point méprisant de nos corps ?
Peu importe cette douleur, tu n'en aurais plus pour longtemps désormais. Après avoir traversé le château de font en comble tu étais finalement arrivée au fameux portail. Il n'avait rien de véritablement mystique à vrai dire. Enfin si, sur le papier, le principe était prodigieux, mais sur la forme, c'était une grosse boule bleue plus ou moins visqueuse à première vue. C'était pas vraiment rassurant mais rien de quoi te faire frémir non plus.

« Bon. »

Ok c'était peut-être un peu plus effrayant que ce que tu aurais bien voulu concéder, soit, mais après tout ça tu n'allais pas te dégonfler. Cette idée était véritablement un plan de génie ou un total désastre. Tu l'avais crée quelques jours auparavant en pensant aux Rêveurs et à leurs avancées. On en savait peu à Close, et ça te gênait, tu étais désireuse de garder constamment un œil braqué sur leurs projets mais tu n'avais pas assez confiance en l'un de tes vulgaires pions pour faire ce travail. Il fallait faire mieux que suivre un Rêveur un pleine rue, essayer de l'entendre parler avec un autre, ou même tenter de foncer dans le tas et de le questionner avec plus ou moins de fermeté. Non, ton plan n'avait rien de grossier, tu l'avais élaboré, longuement réfléchi et tu t'étais lancée. Il n'y avait à tes yeux qu'une personne pour le faire : toi même.
Ton choix c'était porté sur une mission totalement solitaire. Tu n'en avais informé personne, si tu te faisais prendre tu porterais seule les charges de ton échec. Mais tu ne comptais pas laisser cette éventualité prendre forme, à vrai dire, tu ne l'envisageais même pas.

C'était simple, il fallait s'introduire dans le repère. Au fil du temps tu avais appris qu'il se trouvait dans le Solarium, enfin, tu l'avais entendu dire. Un Rêveur un peu trop impertinent avait lâché l'infos, pensant inconsciemment que tu n'irais jamais vérifier. Ils étaient si naïf. Mais d'une part, ce voyage avait tout de risqué. Il fallait d'abord traverser le Quartier Nord pour trouver le Château Figé et parvenir jusqu'au Portail qui te mènerait au second portail, à celui qu'on disait être entreposé dans le Solarium.
Il était désormais devant toi, ce qui signifiait qu'au moins la moitié des informations que t'avais donné l'arrogant Rêveur étaient vraies. Il te fallait maintenant traverser ce portail et arriver dans le Solarium où tu ne pourrais prévoir si la salle serait vide. Il y avait beaucoup trop d'inconnu dans cette équation. Peu importe, se tenir informer des actions des Rêveurs était une mission qui avait véritablement de l'importance à tes yeux.

Tu fixais cette étrange boule lumineuse au milieu de la pièce vide. Tu étais prête. Non, stop. Tu étais observée, il y avait quelqu'un ici. Comment avais-tu fais pour ne pas t'en rendre compte ? La présence était oppressante. La peur t'avait totalement fait oublier le reste. Maintenant tu le ressentais. Pas question d'être à ce point négligente, tu ne pouvais franchir le portail en laissant un témoin derrière toi, encore moins si il avait aperçu ton visage. Tu t'insultais mentalement.

« Tu ferais mieux de sortir tout de suite. Si je tombes sur toi, tu vas le sentir passer. »


HR:
 
Revenir en haut Aller en bas




Chimère
avatar
Chimère


Feuille de personnage
ÂGE: 21
OCCUPATION : Errer sans but, chanter
ADHÉSION : Aucune


INSCRIPTION : 10/08/2014
MESSAGES : 91
HAUT-FAITS : 6
SEXE : Féminin

MessageSujet: Re: [LIBRE] You don't want catch me   Lun 29 Déc - 22:25

D'où tu viens

Enfin ! Le nord, la neige, le froid, la glace, ces étendues monotones et rassurantes, ce linceul immaculé, le seul où elle ne puisse se perdre quoiqu'il arrive. Comme à son habitude, Húbris ne portait pas de manteau sur elle, juste une tunique de cuir et un pantalon plus chaud que d’habitude, suffisants pour elle. Revenir en ces terres était un besoin vital, son deuxième souffle, la seule garantie qu’elle parvienne à dormir la nuit et se sente en sécurité. Rien ne pouvait lui arriver, ici. Elle fredonna un de ses airs favoris :


Winter winter
Fall as a white shawl
On the whole world

Non, bien entendu, même le quartier nord ne lui garantissait un réconfort absolu, mais c’était au moins le lieu où elle se sentait le mieux entre tous. Elle avait quitté Close une semaine auparavant, encore bredouille dans sa quête pour retrouver des éléments de son passé, et avait fait une longue route jusqu’à la banquise, contournant largement les endroits maudits de la toundra qui l’avaient vu naître et avait vu mourir sa mère et Oliver. Ici, elle ne manquait de rien. Son vieil instinct de survie dans cet environnement que beaucoup qualifiaient d’hostile lui permettait de trouver autant que nécessaire de nourriture dans le sol enneigé, d’eau sous la glace amincie par les faibles rayons du solarium qui parvenaient jusque là.


Winter winter… ♫

Mais voilà que parut la belle qu’elle recherchait. Le château figé. Une merveille qu’elle n’avait pu contempler qu’une fois, il y avait des années de cela. Elle y avait fugué, quelques jours avant que son père ne la retrouve et la vende aux Rafleurs. Elle avait parcourut de long en large l’immense bâtisse, souhaitant se perdre dans l’immense labyrinthe silencieux ; en vain. Toutefois, chaque couloir, chaque détour, resté gravé en elle, lui manquait, marquant ses derniers instants de bonheur pur et de liberté.

Tss, nous ne sommes jamais libres, se corrigea-t-elle dans un murmure, soulevant une légère brume qui s’envola au loin.

Elle retrouva le hall inchangé, ses centaines de miroirs mystérieux. Cependant, elle pressa le pas dans une direction précise, presque euphorisée par son retour dans l’enceinte givrée, à peine éclairée par les lueurs parvenant de l’extérieur au travers de la glace. Elle marcha dans des couloirs immenses, traversant des salles aux meubles emprisonnés par la glace – ou de glace eux-mêmes –, descendant dans les profondeurs du château bleuté ; elle touchait au but.

De tout ce qui existe de plus beau au monde, elle n’avait encore rien trouvé qui surpasse en beauté ceci. Au centre d’une vaste salle circulaire, entourée de dizaines de colonnes jaillissant chacune du sol lisse et translucide, et se terminant au plafond dans une gerbe de glace sculptée rejoignant une voûte à une hauteur considérable, se trouvant une sphère. La perle des lieux, luisante, flottait par un miracle mystérieux à quelques centimètres d’un socle de glace. Elle semblait faite dans un liquide brumeux, mouvant, changeant à chaque instant. Petite, elle n’avait pas osé la toucher, mais cette fois, elle était déterminée.

Un son. Húbris sursauta. Des bruits de talons résonnaient au loin. Quelqu’un venait, d’un pas apparemment mal assuré. Une seule personne. D’un bond, elle s’éloigna de la sphère jusque dans la pénombre. Une femme pénétra dans la pièce et s’avança jusqu’à l’artefact.

Bon.

La voix parut soulagée de sa découverte. Elle frissonnait. Qu’était-elle venue faire ici ? Peut-être la même chose qu’Húbris. Elle observait la boule bleue en silence, hésitante. Soudain, elle tourna sa tête approximativement dans la direction où se cachait son observatrice, scrutant les ténèbres d’un air menaçant.

Tu ferais mieux de sortir tout de suite. Si je tombes sur toi, tu vas le sentir passer, siffla-t-elle.

Agressivité de bas étage. Tss. Qui est-elle ? Amie ? Ennemie ? Peut importe, Húbris est sur son terrain, et sur son terrain, sa loi. Elle s’avança jusqu’à mi-chemin, le visage encore fondu dans l’ombre.

Des menaces, avant même que nous nous soyons présentées, articula-t-elle, ses cordes vocales vibrant d’un timbre profond, comme amplifié par la glace alentour.

Ainsi, la nouvelle arrivante connaissait sa nature. Plus qu’à attendre sa réaction. Elle n’allait pas tarder à être fixée sur ses intentions, désormais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: [LIBRE] You don't want catch me   Ven 2 Jan - 16:28


Portail des Rêveurs
                            let's go hide and seek



Qu'es-ce que c'était que ça. Ce son métallique, ces grésillement aigus. Vraisemblablement une chimère. Il ne manquait plus que ça. Lorsque tu avais vociféré ces paroles défensives plus qu'agressives tu t'attendais à devoir te frotter à un Rêveur comme le lieu le laissait paraître, ou au pire une Créature. Mais qu'es-ce qu'une vulgaire Chimère égarée venait faire ici et osait en plus hausser le ton face à toi. Les fous n'ont aucune retenu.

« Comment t'appelles-tu ? »

Tu ne l'avais jamais aperçue. Peut-être en saurais tu plus avec un nom. La laisser partir était désormais hors de question, elle avait vu ton visage, ton manteau gris découvrant ta longue chevelure rousse et tes yeux d'un vert persan. Elle serait forcément confrontée à toi à nouveau. Elle raconterait alors ce qu'elle avait vu. Tu devais franchir ce portail et cette nuisance te ralentissait. C'était agaçant de voir à quel point ces Chimères sont stupides. Tu ne leur voulais pas vraiment de mal lorsque tu en avais le choix. Si tu l'avais eu à ce moment là, tu l'aurais simplement effrayée et l'aurais observée partir en courant. Mais non, il fallait qu'elle ai l'audace de se montrer et d'afficher sa différence.

« Que viens-tu faire ici ? Pourquoi me montrer clairement ta difformité ? Es-tu stupide ou uniquement insolente ? Il n'est peut-être pas encore trop tard pour que tu rebrousses chemin. »

Tu le pensais après tout. Tu ne voulais pas lui faire de mal. Dernièrement la persécution de ces êtres te mettait mal à l'aise. Un problème de conscience certainement. Mais tu étais perdue entre le bien et le mal. Tu ne savais si tu devais favoriser ta mission ou tes nouvelles convictions pas réellement déterminées. Tu réalisais ce à quoi tu pensais. Tu es risible Bliss. Evidemment qu'elle ne sortira pas de là vivante. Qu'es-ce qu'une simple Chimère face aux Râfleurs. Face au dévouement que tu as envers leur cause, envers Hurle. Non, peu importe les pensées égarées qui traversaient ton esprit, tu les éradiquais une fois de plus. Ce n'était que des sous-êtres, de la chair à canon.

Dans le meilleur des cas, tu trouverais un moyen de l'utiliser à ton avantage une fois le portail franchi. Le pire scénario s'avérait être de laisser simplement son corps gisant sans vie sur le sol du Château, à l’écart de la salle du portail.

Tu ôtais ton manteau, le froid ne semblait plus avoir d'emprise sur ton corps. Tu bouillonnais de rage envers l'imprévu qui te faisait gaspiller ton temps et ton énergie. Doucement, tu posais ta main sur le couteau glissé contre ta hanche. Tu sortais de l'ombre avançant d'un pas lent et assuré vers l'inconnu.

Revenir en haut Aller en bas




Chimère
avatar
Chimère


Feuille de personnage
ÂGE: 21
OCCUPATION : Errer sans but, chanter
ADHÉSION : Aucune


INSCRIPTION : 10/08/2014
MESSAGES : 91
HAUT-FAITS : 6
SEXE : Féminin

MessageSujet: Re: [LIBRE] You don't want catch me   Sam 10 Jan - 0:20

Appel d'air



Une première question anodine. Cerner avant d'agir. Mais son nom ne lui apprendrait sans doute pas grand-chose, à moins qu'elle ne soit entretenue de l'affaire d'il y a trois ans. Húbris hésita un instant sur la réponse à fournir. Un nom demeure une arme. Elle posa sa main sur sa poitrine, sentant sous ses doigts le bord de son carnet, sa force et sa mémoire.

Húbris.

Elle n'avait finalement pas menti. Après tout, elle ne savait pas encore si elle devait haïr ou non la flamme dansante dans ces yeux vert et dans cette chevelure cascadant sauvagement sur des épaules fortes. Rien ne laisser penser quel sentiment l'inconnue entretenait envers les chimères. Jusqu'à ses mots suivants.

Que viens-tu faire ici ? Pourquoi me montrer clairement ta difformité ? Es-tu stupide ou uniquement insolente ? Il n'est peut-être pas encore trop tard pour que tu rebrousses chemin.

Ennemie. Le mot résonne dans sa tête telle un gong noir, répandant une ombre rouge sans sur son oeil presque aveugle. Difformité, a-t-elle prononcé. Une haine viscérale s’immisçait subrepticement dans ses veines, telle les prémices d'un ouragan féroce. Húbris serra son poing, mais demeura immobile, silencieuse pour l'instant. Patientant, à l'affût d'une réaction. Riposter, mais pas ouvrir les hostilités.

La sphère flottante revêtait des teintes mouvantes, insaisissables. La chimère scrutait avec attention son interlocutrice, mesurant le moindre de ses gestes. D'une main leste, elle dégrafa son manteau, le retira en lui faisant décrire un arc de cercle ample. Les doigts se portèrent à un point précis, un renflement à demi dissimulé, sur sa ceinture. Un rictus - ni sourire, ni manifestation d'un sentiment construit -, se dessina sur les lèvres d'Húbris. Elle devinait la lame, luisante et acérée, encore endormie.

Le froid est seul juge.

La promesse de mort se rapprocha, à pas lents. Elle n'esquissa pas le moindre geste en direction de sa propre arme. Elle n'aurait sans doute pas besoin de la dégainer. La jeune femme se comportait comme un animal sauvage, répondant par une méfiance primitive à l'inconnu.

Que penses-tu faire ? siffla-t-elle. Tu n'es pas d'ici. Retourne d'où tu viens avant que le froid ne t'emporte.

La chimère se déplaça de quelques pas transversalement, s'éloignant de la lueur pâle de l'artefact mystérieux, sans toutefois agrandir la distance qui la séparait de la jeune femme. Observer. Provoquer. Obtenir des réponses.

Où est la stupidité, où est l'insolence dans mes actes ? Je ne vois que mon droit. Si tu t'y opposes...

La lame chuinta lorsqu'elle la sortit de son fourreau. Dans sa manche, comme elle avait apprit à la dissimuler, elle appréhenda d'une pression infime le tranchant aiguisé. Elle pouvait en moins d'une seconde la sortir tout à fait et la planter dans une artère, le cou ou la cuisse, non mortels immédiatement mais vidant le sang de l'adversaire avant qu'il n'ai pu appeler des renforts, ou la ranger à nouveau et reprendre le dialogue. Cette option était sans doute la meilleure.

Mais les linges tachés, dispersés entre les pages du livret posé contre son cœur, clamaient que ce n'était pas ainsi que fonctionnait Húbris.

... la neige t'ensevelira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [LIBRE] You don't want catch me   

Revenir en haut Aller en bas
 
[LIBRE] You don't want catch me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» soirée catch le 13 septembre à Is Sur Tille :compte rendu !!
» eau libre
» WWE : catch à l'americaine...
» Le Catch expliqué au nul
» nouvelle poudre libre HD

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-